Un service du Conseil québécois de la musique

A cappella. Chanter sans accompagnement instrumental: chanter a cappella.

Air. Voir Aria. Mélodie confiée à une voix avec accompagnement instrumental exprimant un état d’âme; accompagné au luth, l’air de cour fut très populaire en France au XVIIe siècle. On nomme parfois «arias» les airs des opéras italiens et des cantates. Un air peut être aussi un morceau instrumental, notamment dans les suites de danses.

Aria. (fém., de l’italien, «air») Au XIXe siècle, elle désigne un air seul, à plusieurs sections, est généralement divisée en trois sections: une introduction chantante (cantabile), une deuxième section plus rapide (cabalette) et une troisième section encore plus rapide (strette).

Bel canto. Littéralement, «beau chant» en italien. Style de chant émergeant au XVIIe siècle et ressuscité au XIXe siècle. Beau chant obtenu par un développement particulier de la technique vocale. Il désigne un chant rempli d’ornements et virtuose. Style vocal qui allie une grande pureté expressive avec une virtuosité éblouissante. On emploie couramment cette expression à propos des opéras de Rossini, de Donizetti et de Bellini et Verdi.

Bel canto. (italien, «beau chant») Style de chant émergeant au XVIIe siècle et ressuscité au XIXe siècle notamment par Rossini, Donizetti, Bellini et Verdi. Il désigne un chant rempli d’ornements et virtuose.

Cabalette. (en italien, cabaletta) Dans l’opéra italien, elle désigne la deuxième partie d’un air, plus rapide.

Chromatisme. Le fait de «colorer» la musique en modifiant les notes, soit en haussant d’un demiton, soit en abaissant d’un demi-ton.

Fantaisie. Forme musicale instrumentale qui émerge, vers la fin du XVIIIe siècle, de pièces improvisées et qui, même si notée, donne le sentiment de l’improvisation en adoptant une facture rhapsodique.

Gesamtkunstwerk. (allemand, «œuvre d’art totale») Principe mis de l’avant par Wagner pour désigner sa nouvelle conception de l’opéra: une œuvre qui réunit la musique, la poésie, le théâtre, la danse…

Leitmotiv. (de l’allemand, «motif conducteur») Dans les drames musicaux de Wagner, un thème ou motif musical récurrent associé à un personnage, une idée ou un objet, et qui se transforme en fonction du contexte.

Lied. (au pluriel: lieder) Mot allemand qui signifie «mélodie». On appelle ainsi un poème en langue allemande mis en musique pour chant et piano ou pour chant et orchestre. Les compositeurs regroupent parfois les lieder en cycles. Son apogée se situe à l’époque romantique.

Musique à programme. Musique instrumentale basée sur une trame (programme) littéraire ou autre.

Musique de chambre. Musique pour petits ensembles, en général un instrument par famille d’instruments, par opposition à la musique orchestrale.

Musique de salon. Morceau brillant qui fait beaucoup d’effet par rapport au niveau technique qu’il exige réellement.

Œuvre d’art totale. Voir Gesamtkunstwerk.

Pièce de caractère. Pièce instrumentale, généralement pour piano, autonome ou appartenant à un ensemble. Au XIXe siècle, la pièce de caractère participait du concept de musique «poétique» et dépeignait un programme, un genre littéraire (rhapsodie) ou évoquait un type de musique fonctionnelle (nocturne).

Poème symphonique. (en allemand, Symphonische Dichtung) Genre orchestral développé pendant les années 1850 par Liszt et basé sur un programme, et généralement d’un seul tenant.

Récital. Terme popularisé au XIXe siècle par Liszt et utilisé pour désigner tout concert d’un soliste ou d’un groupe restreint d’instrumentistes. Le terme est utilisé pour la première fois dans une annonce d’un concert de Liszt au Hanover Square de Londres, le 9 juin 1840; il l’utilisera par la suite pour désigner ses prestations solos.

Récitatif. Chant se rapprochant le plus de la parole, avec accompagnement instrumental; le récitatif fait avancer l’action dans l’opéra, alors que l’aria (air) est un moment de contemplation permettant l’expression des émotions.

Romance. Musique de salon généralement chantée avec accompagnement simple, strophique et peu soucieuse de prosodie.

Romantisme. Le mot «romantisme» provient du français «romance» («roman») pour désigner une narration, un récit. L’allemand roman, qui a donné romantisch, désigne un poème ou un récit, deux formes littéraires parmi les plus importantes de la romance et dont le style se caractérise par l’imagination et une forme assez libre.

Stagione. (italien, «saison») En Italie, désigne une saison d’opéra au cours de laquelle les opéras sont présentés à partir du Carnaval, puis au printemps, puis à l’automne.

Strette. (en italien, stretta) Dans l’opéra du XIXe siècle, la dernière section d’un air, dans un rythme rapide.

Sturm und Drang. (allemand, «tempête et assaut») Mouvement littéraire allemand (v. 1765-1785) qui annonce le romantisme. Caractéristiques musicales: crescendo; sforzato; modulations abruptes, suspensions dramatiques; ryhme irrégulier; tempo vif; trémolo, sauts d’ambitus.

Symphonie. Genre orchestral à plusieurs mouvements contrastants, dont le premier mouvement respecte généralement la forme sonate. La symphonie à programme désigne spécifiquement les symphonies ayant un prétexte littéraire, comme la Faust-Symphonie de Liszt.

Vérisme. Courant stylistique de l’opéra italien né autour de 1900. On cherche à mettre en scène des histoires ordinaires, avec quelques traits violents.